[ Un peu d'histoire ] [ Les semis ] [ Le repiquage ] [ L'élevage ] [ La récolte ] [ Le séchage ] [ Le manoquage ] [ Le stockage ] [ La fiscalité ] [ Les ennemis du tabac ] [ Les outils ] [ Tabac de la Semois ] [ Bibliographie ]
 

Définition

Le tabac appartient à la famille des Solanacées. Cette famille comprend environ 2000 espèces, surtout des régions chaudes, renfermant souvent des alcaloïdes toxiques. On connaît chez nous la Douce-amère (Solanum dulcamara), la Morelle noire (Solanum nigrum), la Belladone (Atropa belladonna). Mais les membres les plus connus de cette famille sont, sans conteste, ceux qui ont été introduits dans nos régions, la Pomme de terre, la Tomate et le Tabac.

Le tabac (Nicotiana tabacum) est une plante annuelle qui peut atteindre 2 mètres de hauteur. Ses feuilles, sessiles et alternes, sont larges et peuvent mesurer jusqu'à 70 cm de long. Ses fleurs sont disposées en panicules, elles comprennent un calice à cinq divisions, une corolle rouge ou rose à cinq pétales soudés, cinq étamines insérées sur le tube de la corolle, un ovaire supère à deux loges et un style. Son fruit, une capsule, donne de nombreuses graines minuscules.

Le tabac vient à peu près sur tous les sols; il s'adapte à toutes les températures mais craint la gelée. Les climats chauds et humides fournissent cependant les meilleures variétés. De même les caractères physiques du sol influencent la qualité du tissu des feuilles; les terres légères donnent un tabac fin; la potasse est nécessaire à la fécondité de la plante. Le taux de nicotine, facteur essentiel de la qualité du tabac, est réglé par l'espacement des pieds on réduit la "force" du tabac en augmentant leur densité. Ce taux dépend aussi du nombre de feuilles par plant (peu de feuilles beaucoup de nicotine), de leur position (les plus haut placées sont les plus riches).

Le tabac doit son odeur caractéristique à la nicotianine (ou camphre du tabac). Il est à remarquer que la fumée en est dépourvue. Le principal alcaloïde du tabac est la nicotine, dont la toxicité a été démontrée par Claude Bernard. Une ou deux gouttes déposées sur la langue d'un chien provoquent une mort foudroyante. Le poète Santeuil mourut (en 1097) presque immédiatement après avoir absorbé un verre de madère dans lequel avait été vidé, par plaisanterie, le contenu d'une tabatière de tabac à priser.

 
[ Accueil ] [ Agenda régional ] [ Culture du tabac ] [ Cyclocoeur ] [ Documentation ] [ Hébergement ] [ Liens régionaux ] [ Nafraiture ] [ Orchimont ] [ Points verts ] [ Promenades ] [ Rallye pédestre ] [ Réalisations ] [ Nous rejoindre ] [ Plan du site ]
Copyright © asbl Syndicat d'initiative Nafraiture-Orchimont - Tous droits réservés.